≡ Quand vos émotions rythment votre faim ≡

Pourquoi & Comment faire?

<h1><p style="text-align: center;"><span style="color: #c5669e;">≡ Quand vos émotions rythment votre faim ≡ </span></p><p style="text-align: center;"><span style="color: #FFFFF;"> Pourquoi & Comment faire? </span></h1>

Vous craquez souvent de manière compulsive et dévorez tout ce qui vous passe sous les yeux tel un/une boulimique, sans trop savoir comment vous contrôler? Ce sentiment de combler un manque ou de se réconforter? Stress, tristesse, fatigue, solitude, frustration, etc autant d’émotion qui nous pousse parfois à manger plus qu’à notre faim afin de satisfaire nos émotions.

Dans cet article, Je vais essayer de vous expliquer les raisons de notre faim émotionnelle. Afin que la nourriture ne tourne pas à l’obsession et que vous soyez maître de votre esprit. Je vais tenter également de vous apprendre à  distinguer la faim physiologique réelle avec la faim émotionnelle, afin que vous puissiez mieux la contrôler.

émotions
émotions

Le métabolisme aide mais notre esprit encore plus:

Je tiens à commencer cet article en vous disant qu’il faut arrêter de penser que le métabolisme fait toute la différence. Que telle ou telle personne est faite pour être mince et d’autre plus enrobée. Bien-évidement des personnes avec un métabolisme rapide vont brûler plus de calories et auront donc plus de facilité à perdre du poids, à éliminer leurs excès, ou à rester mince. Tandis que d’autres devront doubler d’effort. Mais le réel cause à effet est que souvent les personnes minces et qui le restent n’ont pas de mauvais rapport avec la nourriture et ne sont pas dans un contrôle constant.

Souvent ces personnes mangent à leur faim un point c’est tout. S’ils n’ont pas fini leur assiette ils ne vont pas s’acharner à la finir. Ils écoutent leur corps tout simplement. Et je vous vois venir, le prétexte « c’est du gâchi » c’est simplement pour se donner bonne conscience. J’étais la première à dire ça. On peut très bien garder le reste pour le repas suivant, ça fait même des économies! Mais cet exemple symbolise bien le fait que nous avons un rapport optionnel avec la nourriture et le moindre prétexte est bon pour manger plus que ce que notre corps nous demande. Nous somme au point de plus écouter notre corps.

J’étais, et le suis encore parfois, de ces personnes qui se laissent envahir par leur esprit et l’obsession de la nourriture.  Ce pourquoi je vais pouvoir vous parler de tout ce que j’ai pu observer chez moi, de ce que j’ai pu comprendre au fil de mes recherches et de ce rapport à la nourriture qui peu parfois être malsain.

 

La faim émotionnelle, qu’est ce que c’est?

Que se soit pour combler un manque, palier à un sentiment de peur, d’anxiété ou bien même de vouloir faire durer la sensation de plaisir ou de joie, nombreux sont les sentiments qui nous poussent à manger. Mais nous ne gérons pas tous de la même manière nos émotions. Tandis que certains vont garder leurs habitudes alimentaires, continuer de manger de façon rationnelle, et se changer les idées d’une autre façon. D’autres vont être malmenées et vont laisser place à des compulsions alimentaires.

On connaît tous la déception amoureuse, affalée sur le canapé avec le pot de glace, le Nutella. C’est normal et ça peut arriver à tout le monde! Mais lorsque cela devient un moindre prétexte pour n’importe quelle émotion ou épreuve subite, cela laisse place aux compulsions alimentaires voir parfois même des troubles du comportement alimentaire (TCA).

Manger plus que nécessaire alors même que la sensation de faim n’est pas ou plus là, nous amène à ne plus ressentir cette sensation. Jusqu’à même à ne plus réussir à écouter son corps et devoir toujours manger plus pour essayer de retrouver cette sensation de plaisir.

Lorsque l’on subit des crises alimentaires c’est que l’on y trouve un certain réconfort dans notre mal-être. Mais s’en suit souvent d’un sentiment d’inconfort et de culpabilité, ce qui nous pousse d’avantage à trouver du plaisir et du réconfort dans la nourriture. Résultat: nous sommes de moins en moins bien dans notre corps et donc dans notre esprit.

Les personnes qui sont en général minces et qui l’ont toujours été ont en fait toujours eu un bon rapport avec la nourriture et savent écouter leur corps. Nul besoin de finir son assiette si l’on a plus faim. Dans l’autre sens c’est la même chose si notre corps au bout de 30min (je précise ce temps car c’est le temps que met le corps pour recevoir et envoyer le message de la faim) de repas vous fait savoir que vous avez encore faim alors écoutez le car le restreindre entrainera une frustration et surement une compulsion alimentaire plus tard dans la journée. Le tout est de manger avec plaisir. Ce pourquoi je déteste les régimes car ils sont souvent dans la restriction ou dans le contrôle. Vous devez constamment peser, noter, ou éliminer certains produits de votre alimentation ce qui entraine une fois de plus un sentiment de frustration.

Finalement ces régimes ou restrictions servent qu’a entretenir votre rapport optionnel pour la nourriture. Si vous mangez à votre faim, en écoutant votre corps,  que vous mangez de tout et avec plaisir; vous n’aurez plus ce besoin de toujours trouver plus de plaisir dans ce que vous manger. Car là est le piège.

 

Distinguer la faim physiologique de la faim émotionnelle

Vous allez voir qu’il est assez simple de distinguer les 2 et vous allez surement vous retrouvez la dedans, car ça a été mon cas.

→ La faim émotionnelle arrive soudainement. Elle surgit en un instant et se fait sentir urgente. De son côté, la faim physiologique vient petit à petit. L’envie réelle de manger ne se fait pas sentir comme une demande de satisfaction instantanée.

→ La faim émotionnelle demande des aliments « Doudou ». Lorsque vous avez faim physiologiquement, vous aurez tendance à manger des aliments sains et vous allez manger de façon rationnelle. Mais la faim émotionnelle, elle, aspire à la consommation empressée des aliments gras ou sucrés (pizza, fast-food, gâteaux, etc).

→ Elle conduit souvent à manger sans s’en rendre compte. Lorsque vous êtes sous l’emprise de la faim émotionnelle, sans même vous en rendre compte, vous avez déjà englouti un sac entier de chips ou la moitié du pot de Nutella. Cependant, lorsque vous mangez en réponse à la faim physiologique, vous êtes généralement plus consciente de ce que vous manger.

→ La faim émotionnelle ne provoque pas une satisfaction une fois le ventre plein. Quand vous commencez à manger émotionnellement, votre corps réclamera toujours plus de nourriture. Jusqu’à ce que vous vous sentirez mal, ou même malade (ça a été souvent mon cas!). Lors de la faim physiologique, par contre, vous n’avez pas besoin d’en venir à ce stade. Vous vous sentirez naturellement satisfaite lorsque votre estomac est plein.

→ Cette faim ne se sent pas dans l’estomac. Plutôt que sentir un vide dans le ventre ou une douleur dans l’estomac naturellement dûs à la faim, vous allez sentir un désir intense et urgent de manger. Comme je vous le disais vous n’écoutez alors plus votre corps.

 

Les produits industriels ne nous aident pas

Je pense également que les produits industriels sont aussi une des causes qui font qu’on a ce rapport avec la nourriture. Cette obsession. Les produits additifs and co qui y sont ajoutés ne font qu’alimenter ces envies compulsives et à obstruer nos sensations de plaisir et de satiété.

Moi je n’ai presque plus de trouble de ce types là, sauf quand je mange quelque chose de très gras ou que je n’ai pas fait de moi même. Coïncidence? Lorsque je vais manger pizza par exemple, une pizza de taille L, à moi toute seule ne me satisfait pas et je pourrais encore manger alors même que je sais que je n’ai plus faim. Mon péché mignon? le Nutella! Quand j’en mange il m’est difficile de m’arrêter. Alors que ce que je mange au quotidien me satisfait amplement. Et pourtant c’est moins gras, en moins grande quantité, etc mais les produits qui y sont, sont bons pour moi et mon corps.

Le problème des produits industriels c’est que souvent ce sont « des calories vides ». Les aliments sont tellement transformés qu’ils sont dépourvus de presque toutes leur valeurs nutritives. Notamment les fibres, les vitamines, protéines, minéraux etc, qui sont essentiels à notre corps.  Ceci afin de laisser place à un produit uniquement sucré et/ou concentré en graisse. Un exemple que j’aime beaucoup: les jus de fruits frais. La plus grande arnaque du siècle. Votre grand verre de jus d’orange le matin n’est en fait pas mieux que de boire un Coca Cola. Je vous invite à lire cet article: La vérité sur les jus de fruits↵. Et pourtant les slogans des marques nous font croire que c’est bon pour nous. Mais je vous parlerai plus en détail de ces calories vides dans un prochain article. L’essentiel à retenir là dessus c’est que ces aliments raffinés ne sont pas bons pour notre santé et notre poids, d’une part, mais de l’autre ils ne nous apportent pas une réelle sensation de satiété ce qui entraine encore une fois un besoin de toujours manger plus.

Vous avez d’ailleurs déjà du voir l’effet d’un Macdo sur la satiété? Personnellement elle se fait sentir seulement 1heure pour être affamé ensuite.

 

Des solutions?

→ Commencer par rééquilibrer son alimentation. Je vous conseille de vous acheter un petit carnet où pendant une semaine complète vous allez noter tous les jours tout ce que vous manger. Absolument tout. Votre grignotage, le/les petits gâteaux à 15h, le pain en fin de repas, vos repas et les quantités etc. Mais aussi vos sensations, vos ressentis. Tel que « à 15h j’ai une grande envie de manger » et vous décrivez cette sensation. Vous notez vraiment tout. Ainsi vous allez pouvoir vous rendre réellement compte de votre alimentation. Ensuite vous rééquilibrez le tout. Un bon petit déjeuner, une collation, un bon repas du midi une collation puis un repas du soir. Vous allez devoir passer par cette phase afin de vous redonner des bonnes habitudes. Ensuite vous pourrez vous en détacher. Faites au maximum vos repas vous même et préparez à l’avance afin d’éviter les tentations.

Je vous invite à lire mon article sur l’alimentation équilibré↵ , ainsi vous aurez tout ce qu »il vous faut pour bien débuter.

→ On écoute son corps et on apprécie son repas. On ne se jette pas sur son déjeuner à tout engloutir en 3min. On apprécie les saveurs, on prend son temps et on écoute son corps. Là est la clef. Si vous mangez dans votre coin à même le sac tel quelqu’un qui culpabilise de ce qu’elle mange alors ça ne va pas. Prenez le temps de vous assoir, idéalement avec d’autre personne et décomplexez. Appréciez le moment et mangez lentement.

→ Evitez d’acheter ce qui nous fait craquer. Moi c’est le Nutella, et bien je n’en n’achète pas. Ca évite les tentations et je n’y pense même pas car je sais que je n’en trouverai pas.

→ Vaincre ses émotions. Dans la vie en général il ne faut pas se laisser envahir par ses émotions. Vous ne devez pas non plus les fuir et vous réfugier dans la nourriture. Ca ne servira qu’à vous culpabiliser et vous sentir mal dans votre corps. Alors prenez le taureau par les cornes et affrontez vos émotions. Si vous avez passé une journée difficile, détendez vous avec un bon film humoristique, allez faire du sport, prenez un bon bain, voyez des amis. Si vous vous sentez seule, sortez ou appelez des amis, etc. Soyez positif et apprenez à tirer profits des difficultés que la vie nous donne. Si votre mal-être est plus fort que ça alors consultez un thérapeute ou un nutritionniste sans en avoir honte. Le plus important c’est vous et votre santé.

→ Dormez d’avantage. Le manque de sommeil est l’un des principaux facteurs de l’alimentation compulsive. On le sait tous, lorsque que l’on est fatigué on est beaucoup plus irritable donc nos émotions décuplées. Alors prenez le temps de vous coucher plus tôt.

→ Soyez indulgent envers vous-même. La compulsion alimentaire n’est pas une habitude que l’on peut arrêter du jour au lendemain. Vous allez avoir des moments difficiles mais concentrez vous sur vos réussites, aussi petites soient-elles et soyez fière de vous. Ne vous découragez pas au moindre petit craquage car vous allez passer par plusieurs étapes avant de réussir à dépasser ces mauvaises habitudes.

 

Moi et l’alimentation compulsive 

Je me suis dis que parler de ma propre expérience pourrait être plus significatif pour vous. Tout ce que j’ai pu vous décrire ci dessus me correspond totalement. Mes émotions rythmaient énormement mon alimentation et le plus flagrant est que je mangeais toujours plus que ce qu’il m’en fallait. Impossible de ne pas finir mes assiettes.

MAIS, car il y a un mais, ces troubles alimentaires sont arrivés dès lors que j’ai voulu commencer à manger plus équilibré, donc à tout contrôler dans ma nourriture. Ce qui a engendré la frustration puisque moi, grande gourmande que je suis, devoir me faire violence pour ne pas manger mes petits plaisirs et devoir tout calculer.., Quelle horreur! En fait, j’y ai beaucoup pensé, mais en regardant dans le passé, avant de vouloir perdre du poids, me raffermir,etc j’étais quelqu’un qui avait un poids extrèmement stable et qui n’était pas du tout grosse. Je n’étais pas Fit, pas ferme et j’avais une mini bouée autour du ventre mais j’était fine. Ce qui m’a le plus marqué en y repensant c’est que j’étais en fait de ces personnes minces qui n’avait aucun complexe avec la nourriture et qui ne calculait rien. J’ai toujours été quelqu’un de très raisonnable dans mon alimentation même si je suis des plus gourmandes. Mes parents m’ont appris à manger des légumes et à équilibrer mes repas donc c’était naturel. J’ai toujours amené ma gamelle au travail et de la même façon je n’ai jamais été quelqu’un qui grignotais.

En fait, J’ÉCOUTAIS MON CORPS TOUT simplement. Je mangeais toujours mes 3 repas/j voir 4 avec le gouter si j’avais faim mais parfois si je n’avais réellement pas faim je pouvais sauter un repas et je n’avais aucun complexe avec ça. Bien évidement loin de moi l’idée de faire ça pour maigrir. Je pouvais aussi me faire un repas que de sucré et ça ne me gênait en rien. Après je ne dis absolument pas qu’il faut se laisser complètement aller et manger n’importe quoi, NON. Ce que je dis c’est de vous écouter. Car j’avais beau manger beaucoup moins sainement que maintenant, j’étais bien dans ma tête, dans mon alimentation. J’ai juste eu envie de perdre 2 kilos superflus.

En y réfléchissant, avec l’envie de me raffermir, de suivre la mode du « body Goal », je me suis crée des TCA sans m’en rendre compte. Cependant pour rien au monde je retournerai a cette époque car maintenant je me sens d’autant plus épanouie dans mon alimentation et j’y ai découvert une passion. J’ai juste retrouvé cette « liberté » alimentaire couplée avec ma nouvelle alimentation. L’ALIMENTATION SANS COMPLEXE ET HOMEMADE

→ Comment j’ai réussi à trouver mon équilibre?

Tout simplement lors de mon rééquilibrage alimentaire (oui je me contredis). Ce n’était pas du tout mon but premier, en fait, au début je n’avais pas conscience de ces troubles . Ils m’ont sautés au yeux au fil du temps que mon comportement changeait naturellement.

Je me suis mise au sport et s’en est suivi l’alimentation. Comme tout le monde je débutais et j’ai beaucoup tâtonné avant de trouver mon équilibre. J’ai commencé à manger plus équilibré mais très vite j’ai commencé à manger moins (oui car on est beaucoup a croire que manger – = perdre du poids). Puis j’ai voulu entamer une « sèche »qui a fait ressortir tous ces troubles de comportement alimentaire. Irritabilité accentuée, des énormes envie de manger, des crises d’hyperphagie. En fait, je déconseille fortement de faire des sèches (sauf en cas de compétition). Nul besoin de ça si vous mangez de tout (équilibré) en quantité adaptée, et si vous êtes bien dans votre esprit. Mais c’est grace à ça que j’ai pu prendre conscience de mon rapport optionnel avec la nourriture que je m’étais crée dès lors où j’ai voulu tout contrôler dans mon alimentation afin d’atteindre un body Goal. Je ne pensais qu’a ça. Lors de mes « Cheat Meal » c’était une orgie à en avoir des sueurs et mal au ventre car toute la semaine je m’étais frustrée. Vous voyez à quel point la frustration et l’obsession de la nourriture peut nous mener? En réalité se mettre une pression pour atteindre des objectifs physiques ne fait qu’engendrer des TCA et tant qu’on a un rapport obsessionnel avec la nourriture, notre corps ne nous le rendra pas

J’ai donc tout arrêté et je me suis mise à remanger normalement tout en étant équilibré. Je me sentais déjà beaucoup mieux et j’ai réappris à écouter mon corps. Mais là où je me suis totalement défaite de la faim émotionnelle c’est tout simplement quand j’ai totalement arrêté le contrôle de mon alimentation et à déculpabiliser. JE NE COMPTE PAS MES CALORIES! ha oui ça c’est un grand exploit!

Je me suis mise à tout faire Homemade (maison) et à manger avec plaisir. J’ai retrouvé les sensations de plaisir à manger 1 seule part de gâteau!

En fait, je me fais plaisir tous les jours avec ce que je cuisine moi même, tout en sachant les produits qui s’y trouvent. Ils sont sains, pleins de nutriments et bons pour mon corps, mon esprit.  Et vous savez quoi? C’est LÀ que j’ai commencé à perdre du poids.

C’est pour ça qu’il est important que vous preniez conscience de votre alimentation actuelle afin de passer par la phase de « structuration » pour enfin trouver votre équilibre et votre plaisir.

≡ Voilà j’espère que cette article vous aidera. Si je peux vous dire une seule chose c’est: LÂCHEZ PRISE, MANGEZ DE TOUT AVEC PLAISIR, ÉCOUTEZ VOTE CORPS ET SOYEZ BIEN DANS VOTRE TÊTE ≡

N'oubliez pas de partager :)


2 thoughts on “

≡ Quand vos émotions rythment votre faim ≡

Pourquoi & Comment faire?

  • Coucou, je dois te dire une seule chose suite à cet article … MERCI !!!! Car je me retrouve totalement dedans, sauf les crises d hyperphagies. Je suis exactement ce que tu décris, je contrôle toute ma nourriture, je ne m’accorde jamais de plaisir (oui ça fait des mois que je n’ai pas mangé de gâteau au chocolat ni de glace) en plus je suis vegetalienne depuis peu … Mais j’ai cette peur obsessionnelle de prendre du gras, du ventre, … J aimerai tellement avoir ce corps de fitness girl, je suis pas grosse mais j’ai un peu de graisse par dessus mes muscles (je fais beaucoup de fit) et souvent j’ai des crises de larmes, car je ne la supporte pas ainsi que mon ventre pas plat, qui a un peu de graisse… Je me recompte que je m’enfonce mais j’arrive pas à changer psychologiquement. Un petit écart alimentaire et c’est le drame. me voir dans la glace est insupportable et avec mon copain niveau intimité c’est dur, car il est pire fit et sec (il a fait une super sèche) et je ne sens tellement mal à côté de lui aussi …

  • Coucou la miss je viens de lire ton article! Vraiment cest top! Je me vois totalement dans ta description ! Mais jai encore du boulot! Merciii pour les conseils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *